We are doing scheduled site maintenance. The site may feel slow and unresponsive at times. We're sorry for the inconvience.

Informations Relations investisseurs et Haldex

Open for Progress

5 janvier 2022

Établissement de nouvelles normes pour les freins et les suspensions de remorque en Europe.

 

Les 24 mois qui se sont écoulés depuis que Stephan Kulle, vice-président exécutif a rejoint Haldex se sont avérés sans doute encore plus mouvementés que ce qu’il n’aurait jamais pu imaginer. Non seulement le monde entier a dû faire face au coronavirus, mais l’entreprise a également procédé à quelques changements structurels. Maintenant que la pandémie se calme en Europe, il présente la stratégie et la situation de Haldex.


« Le coronavirus a changé nos priorités », admet Stephan Kulle. Chez les constructeurs OEM de premier plan, fabriquant des freins et des suspensions pour véhicules utilitaires, et sur le marché en général, une grande tendance a émergé : la mobilité électrique. Haldex est donc en train d’accélérer le développement de son frein électromécanique (EMB), qui utilise des signaux électriques au lieu de la pression pneumatique pour ralentir même les plus gros véhicules utilitaires. Non seulement l’EMB est plus rapide que des freins pneumatiques, et permet donc de bénéficier de plus de sécurité, mais il évite aussi de recourir à un compresseur gourmand en puissance sur une plateforme de véhicule électrique.


Haldex-VIE a signé un accord de préproduction avec un constructeur de bus chinois – et plusieurs autres constructeurs de bus sur ce marché évaluent la technologie avec des installations prototypes. En Europe, deux grands constructeurs de camions ont également mis ce système à l’essai. Quelques essais hivernaux ont été réalisés, signale Stephan Kulle, et maintenant des véhicules de démonstration sont également en préparation pour d’autres essais de pré-lancement.


Pendant le confinement dû au coronavirus, comme il était impossible de se déplacer pour se rencontrer physiquement, d’autres moyens de communication ont été trouvés, comme l’apprentissage en ligne et la vidéoconférence. Une tendance suivie par Haldex, qui a renforcé l’apprentissage en ligne pour les flottes et les clients, particulièrement dans le segment haut de gamme. « Nous avons appris du coronavirus que nous devions digitaliser les échanges avec nos clients, nous allons donc nous y employer à l’avenir », ajoute Stephan Kulle.


La formation produits et techniques a également été étendue en interne à l’équipe de vente, avec l’encadrement correspondant. Cela faisait partie d’un changement interne vers une nouvelle organisation matricielle pour la gestion des comptes clients clés, qui devrait améliorer l’expérience des clients aujourd’hui et à l’avenir. « Nous avons beaucoup fait, beaucoup pendant la période de coronavirus », observe Stephan Kulle.


Entre-temps, de nouveaux visages sont apparus à la direction de Haldex, notamment un nouveau PDG, Jean-Luc Desire, qui a pris la relève d’Helene Svahn en juin. Il a 20 ans d’expérience dans l’industrie automobile, dernièrement auprès du fournisseur de premier rang Tenneco. Les nouveaux membres du conseil d’administration sont également forts d’une grande expérience dans l’automobile. Parmi eux figurent le président du conseil Hakan Karlsson, ancien PDG de Volvo Bus, Detlef Borghardt, ancien PDG du constructeur d’essieux SAF-Holland, Dzeki Mackinovski, ancien responsable chez Volvo et Knorr-Bremse, et Catharina Modahl Nilsson, ancienne responsable chez Scania et Traton.


Stephan Kulle précise : « Avec ces changements, nous améliorons la viabilité de notre organisation et nous nous concentrons sur notre activité. Notre expérience actuelle en gestion nous aide beaucoup ». Ce qui n’a pas changé, c’est la volonté de l’entreprise d’être un fournisseur de systèmes complet pour remorques. « L’une de mes priorités et de mes ambitions est toujours de devenir le leader du marché des systèmes de freinage et de suspension pour remorques », indique Stephan Kulle. L’actionneur de frein LifeSeal+, scellé sur le côté du frein de stationnement pour éviter la corrosion interne, offre un réel avantage en terme de coût total de possession. Rien d’étonnant donc à ce qu’un gros contrat vienne d’être signé avec un important constructeur de remorques.

Avec des produits haut de gamme tels que LifeSeal+ et EB+4.0, et en offrant un soutien important aux clients de l’OEM, Haldex a posé les bases de sa croissance sur le marché des pièces de rechange. Bien sûr, Haldex occupe aussi une position de leader sur le marché des suspensions pneumatiques traditionnelles pour remorques.


Les revendeurs de toute l’Europe proposeront bientôt de nouvelles pièces et de nouveaux accessoires pour remorques sous un nom déjà connu: Grau. Haldex élargit actuellement la gamme de produits de la marque Grau distribuées sur le marché des pièces économiques.


Autre grande nouvelle du côté des camions : Alors que Haldex ces derniers temps a plus été associée au véhicule remorqué, un grand constructeur OEM mondial a retenu ses services pour les camions. L’accord mentionne à la fois des freins à disque pneumatiques et des freins électromécaniques, révèle-t-il. « En combinaison avec les freins électromécaniques, nous aimerions être un fournisseur de choix pour les futures évolutions des freins à disque ».


Une chose semble claire : Haldex a préparé le terrain pour une croissance durable à long terme.

VISU-Open-For-Progress-2B.jpg

Connexion


Mot de passe oublié?
Vous n'avez pas de compte ? Merci de contacter votre commercial